Imbroglio Index du Forum
 
 
 
Imbroglio Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

  • □ Absences □
    N'oubliez pas de prévenir !
    □ Qui est là ? □
    Trouvez rapidement un partenaire de rp !
  • 28/07/10 : Rappel : Le système de points est toujours suspendu.
  • 04/03/10 : FAQ mise à jour.
    Vous pouvez désormais proposer des rôles à jouer.
  • 08/02/10 : Ouverture du forum !
    Place aux fiches, place aux posts et au RP, amusez vous bien !
    Et bienvenue aux nouveaux venus.
  • "As-tu déja eu l’impression de sentir le temps s’écouler en te laissant en arrière ? Comme si le fleuve de la vie poursuivait sa course pendant que tu restes coincé dans un bras mort au milieu des poissons crevés et des vieux troncs moisis ?"

    Je te laisse le rôle du poisson crevé. Moi, je ferai le vieux tronc moisi.


    L'Assassin Royal, Robin Hobb.
  • □ Chronologie globale d'Estelam □
    N'oubliez pas de recenser vos rps !
    □ Aux dernières nouvelles... □
    Résumé des épisodes précédents...
  • 01/02/11 : Gloire à vos nouveaux dirigeants : Noctilys d'Aguerzaan, Messawa Dijrahwdja, et Samaël Ciel Di'Lucän s'emparent de la Cité pour deux lunes.
  • 15/02/10 : Rp lancé sur Imbroglio !
    N'hésitez pas à démarrer, au pire des pnjs vous sauveront...
  • 19/01/10 : Une tempete de neige menace la foret aux murmures !!!
    Ah non, fausse alerte.
  • My Oberon! what visions have I seen!
    Methought I was enamoured of an ass.

    A Midsummer Night's Dream, William Shakespeare.


Qui fait mieux ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Imbroglio Index du Forum -> [En Jeu] Par delà les remparts -> L'Oasis -> Namiri
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Piume
Errant
Le Curieux Volatile
Errant <br/> <font color=#ffffff>Le Curieux Volatile</font>

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2011
Messages: 4
Masculin
Peuple: Volant

MessagePosté le: Jeu 31 Mar - 22:57 (2011)    Sujet du message: Qui fait mieux ? Répondre en citant

Ah, on ne vantera jamais assez les mérites de Namiri ! Première étape pour qui veut s'aventurer dans l'oasis, carrefour d'échange entre citadins aventureux et errants...errants... C'est une Cité charmante. Certains vous diront "aussi charmante que la poissonnière", et ce n'était pas faux. Un joli minois, cette petite, et un sourire à faire fondre même les poissons morts. Mais bon, Piume n'était pas venu pour séduire les poissonnières, juste pour s'offrir le luxe d'un poisson pour un certain protégé. Ce dernier devait arriver dans l'après-midi, si mon jeune humain ne se trompait pas. Il allait donc se mettre en évidence, au centre du village, avec son poisson. Les oiseaux voyaient toujours mieux lorsqu'il y avait à manger dans l'histoire. 

 
Ah, on ne vantera jamais assez les mérites d'une bonne taverne ! Lieu de repos et de rencontre, de convivialité, n'est-ce pas le meilleur endroit pour voir se dessiner un début d'aventure ou, au contraire, la bienveillance d'une pause. Les habitués parlaient fort, plaisantaient grassement, ne craignaient pas de frapper les tables pour appuyer leurs paroles. Ce soir-là, la taverne était particulièrement fréquentée. Ce qu'on y organisait ? Je l'ignore, Piume ne s'était pas penché sur la question. Il venait juste pour manger et dormir, ce qui devait lui être permis, a priori. 
Piume avait sagement installé son protégé dans sa chambre, pour qu'il puisse se reposer. Les piécettes que l'oiseau lui avait faites gagner par la commission venaient de passr partiellement dans un repas assez frugal. Le cuisinier ayant refusé de lui servir une cigale, Piume devait se contenter de ce qu'il y avait. Des graines. Le comble ! Mais pour mon jeune homme, c'était déjà très bien. Bref ! Vous voyez d'ici la scène. Piume, avançant, son assiette en main, comme si c'était la couronne d'un futur nouvel empereur. Son regard restait fixé sur ÇA, là-bas, le but à atteindre, l'empereur: une table, une chaise. Ainsi, grave et solennel, il se frayait un chemin entre serveuses et clients, sans perdre son masque neutre, ni son objectif des yeux. 

 
Tant et si bien qu'il ne vit pas que LÀ, par terre, de la bière avait été versée, et qu'une petite personne s'attaquait à nettoyer les dégats. 

 
Dans un grand cri d'effroi, Piume se retrouva à glisser sur la bière et, au bout de la glissade, entra en collision avec la malheureuse personne qui nettoyait. Durant un instant, il réalisa son rêve et put, en effet, voler, jusqu'à atterir lourdement sur une table... Bientôt suivi de son plat de blé. A l'envers, le plat de blé. Sur son ventre.  
Affolé, Piume se redressa vite, sa main heurta une chope alors que, rouge, il baffouillait des excuses, sans regarder ses interlocuteurs. 

 
"- Agnafeu.... Pamfaute... Pvu... Hmpf..." Ce qui restait assez ésotérique, vous me l'accorderez... 



[HJ: ce sujet est libre, archi-libre 8D]
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 31 Mar - 22:57 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Boudezan
Citadin
L'Asservi

Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2010
Messages: 44
Age (personnage): 13...
Peuple: Natif / Humain
Mentalité: Prudent
Faction: Les Ombres

MessagePosté le: Dim 17 Avr - 21:07 (2011)    Sujet du message: Qui fait mieux ? Répondre en citant

Même pour y être resté un laps de temps assez court, Boudezan détestait Namiri. Ses tentatives de vols  qui, à l’habituelle au sein de la cité réussissait à tous les coups, ici,  s’avéraient être un fiasco. Les habitants de ce foutu village ne se laissaient pas pigeonner aussi facilement. En effet, souvenez-vous… Le gosse, suite à un chapardage dont il n’était pas peu fier, s’était retrouvé nez à nez avec toute une garde de la cité sortit d’on ne sait où. Pas pour lui, nooon mais il s’agissait plutôt d’une petite discussion (publique) entre dirigeants.

Boudezan s’était éclipsé discrètement derrière les cuirasses clinquantes. C’était sans compter l’attroupement des habitants autour qui formait un deuxième mur. Bien sûr, la guigne devait bien s’attarder encore un peu plus sur la tête coiffée du gosse, histoire de renforcer les convictions du jeune homme : A peine sortit-il de sa poche, une des sucreries pour récompenser ses efforts, qu’une main énorme se referma sur le poignet maigrelet qui tenait la succulente corne de gazelle. Bou’ leva le regard tremblotant sur la silhouette énorme rouge de colère :


« Alors?...elles sont bonnes mes cornes de gazelles, petit ? »

Cette question était bien entendu ironique, le gros lourdaud n’était d’autre que le cuisinier de la taverne de Namiri, autrement dit le propriétaire de ces pâtisseries volées. Pas de chance… Voici le jeune ramoneur de corvée de plonge et de ménage dans la bicoque décrépie qui tient le nom de taverne. Oh…Ça aurais put être pire…Il aurait pût servir de farce au hachis Parmentier du Chef
.

Donc, le gosse était de corvée de nettoyage durant la soirée arrosée où tous les pochetrons s’étaient donné rendez-vous. Et croyez moi, Boudezan avait fort à faire entre les flaques d’alcool à éponger et les coups de pieds du cuisinier. A quatre pattes sur le plancher, armé d’une brosse, le petit ramoneur frottait nerveusement une flaque énorme de bière causée par un ivrogne.
Soudain, venu de nulle part, quelqu’un  glissa fatalement sur la surface trempée qu’essuyait vigoureusement Bou’. On pouvait bien croire que le jeune homme aussi sombre soit-il se fondait sur le plancher mais de là à ne pas faire attention où on marche, cela relevait d’une sacré maladresse. Victime et spectateur du trouble fête, le gamin jeta un œil sur le blé éparpillé par terre noyé par une nouvelle flaque de bière, puis fusilla du regard le maladroit sans même écouter les bafouillages de celui-ci :


« Nan mais tu peux pas faire attention toi ?! » Jetant la brosse au pied de l’étranger, il conclut :
« Tu crois que je vais ramasser CA tout seul ? HEIN ?! »


 Boudezan laissa éclater son mécontentement tout en analysant son interlocuteur. Il était plus vieux que lui mais bien plus jeune que la moyenne d’âge de la taverne. Le ramoneur bannis l’hypothèse que cette personne était un habitué. Mais ce qui interloquait  Bou’ était la consistance du plat que détenait l’étranger…Du blé ?...En voilà un drôle de plat…D’habitude, on sert du couscous de mouton, du steak de chameau à la béchamel et même du ragoût d’autruche mais du blé ? C’est du « miam-miam » pour engraisser les pigeons ! Il y avait pas à dire cet étrange personne détonnait sur la faune que peuplait la taverne.

_________________
Sweet Chimney Sweep
Revenir en haut
Sholyïn
Errante
L'Illuminée
Errante <br/> <font color=#ffffff>L'Illuminée</font>

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mar 2011
Messages: 4
Peuple: Humain / Natif

MessagePosté le: Sam 23 Avr - 14:41 (2011)    Sujet du message: Qui fait mieux ? Répondre en citant

Sholyïn avait travaillé toute la journée. Et elle était franchement de bonne humeur, puisqu'elle avait réussi à vendre un peu de thym, un vieux grimoire dérobé dans la cité et une paire de boucles d'oreille faites d'or et de diamants, qu'elle aurait pensé vendre dans la ville plutôt qu'à Namiri. Cet exploit lui valait une bourse bien remplie et, un immense sourire aux lèvres, elle avait décidé de se rendre à la taverne pour fêter ça... Et éventuellement attirer à sa suite quelques clients un peu alcoolisés auxquels elle réussirait sans nul doute à vendre des petits machins au-dessus de leurs moyens. Oui, la jolie Sholyïn adorait boire, et sa plus grande passion était d'abuser les clients qui avaient bu... Machiavélique, sans doute, mais tellement jouissif pour une vendeuse comme elle.


Bref, elle reprit allègrement sa marchandise et, en fredonnant un peu fort une chanson qu'elle appréciait - quelque chose parlant d'or clinquant et d'une richesse infinie - au cas où un client retardataire aurait eu l'envie de venir lui faire un petit coucou au dernier moment, s'évertua à tout ranger dans le chariot. Autant le dire, dans ce lieu de vie de tous les jours, c'était un vrai bordel... Ici, un chat en cage feulait, mécontent d'avoir été réveillé par un cadre qui lui était tombé dessus. Là, un bocal de cornichon roulait sous un tapis, dans l'espoir de se protéger du déluge de chaises en bois qui arrivaient sans prévenir. Et, summum de la marchande, une énorme caisse contenait pêle-mêle des dizaines de bijoux, parfois en or, parfois en argent, parfois en toc, avec ou sans joyaux, qui brillaient avec tentation. Malgré cet heureux bazar, Sho' était réputée pour toujours savoir quand on lui volait quelque chose, et il était rare que le dit voleur s'en sorte avec tous ses attributs en bon état... Aussi la volait-on rarement, et ne s'en portait-elle pas plus mal.


Une fois tout cela rangé, elle demanda à ses sept chèvres de l'amener jusqu'à la taverne. Le convoi se mit en branle avec force cliquètements joyeux et carillons bruyants, et ne tarda pas à s'arrêter face à l'auberge, prenant ainsi toute la place. Mais qu'importe : si cela embêtait les gens, ils n'avaient qu'à venir la voir, et elle s'occuperait d'eux. La dame descendit, chuchota à l'une de ses chèvres de veiller sur le convoi, et de se débarrasser de n'importe quel quidam osant mettre ses sales pattes sur ses marchandises sans son autorisation, et entra dans l'auberge, sachant qu'on ne lui volerait rien. Ses chèvres, elle les avait prises à l'élevage de son père, et les avait parfaitement dressées : elles obéiraient et défendraient ses possessions. Nullement inquiète, donc, elle détailla la salle de ses yeux verts et perçants.


Un sourire apparut sur ses lèvres. L'ambiance était joyeuse, festive, et bien alcoolisée ! Nulle doute qu'elle ferait un certain chiffre d'affaire, à une fête comme ça ! Heureuse, elle balaya l'endroit du regard, cherchant quel pigeon serait sa première victime. Peut-être pourrait-elle se faire un peu de sous avec les joueurs de cartes, là-bas, en trichant discrètement ? A moins qu'elle ne profite des bobards du saoulârd accoudé au bar pour le convaincre de lui acheter un p'tit truc ? Elle avait même un tonneau d'alcool tout prêt à être vendu au tavernier, qui savait pouvoir avoir confiance dans la vendeuse. Si elle arnaquait souvent ses clients, elle donnait toujours des articles de qualité. C'est ainsi qu'on se fait un nom.


Alors qu'elle continuait à détailler l'endroit, elle aperçut un petit bonhomme qui lui tira un sourire bien plus chaleureux et moins intéressé. Piume ! Elle aurait reconnu le petit blond entre mille, et elle semblait ravie de le revoir... A ceci près que le gamin en question choisit ce moment pour glisser sur une flaque de bière, se rétamer sur la table en faisant jaillir son blé un peu partout... Ce qui déplut franchement au gosse en train de nettoyer - un gosse bien sombre, d'ailleurs... Elle avait l'impression de l'avoir déjà vu... N'était-ce pas un petit voleur réputé ? Qu'importe : il agressait son Piume, et elle se sentait obligée d'intervenir. Agilement, elle se déplaça entre les tables et posa une main fraîche sur l'épaule du nerveux :


"Du calme voyons, il n'a pas fait exprès. Je peux t'aider, si tu veux... J'ai dans mon chariot un kit de nettoyage, tu m'en diras des nouvelles !"


Grand sourire ravissant, dents qui brillent comme dans une publicité... Elle était belle, la brunette, quand même. Enfin, pas belle, mais... Elle avait du charme quoi. Et sa bonne humeur était tellement communicative qu'il était difficile de lui en vouloir... Faisant un clin d'oeil à un jeune homme plutôt séduisant qui posait sur elle un regard lubrique - elle se le réservait pour la fin de la soirée, si elle en avait l'envie - elle se tourna vers Piume et l'aida à se relever, l'épousseta de la main et observa les dégâts. Effectivement, ce n'était pas propre. Détendue, se sachant en terrain ami - je vous l'ai dit, elle connaissait le tavernier ! - elle demanda au gamin :


"Va dire à ton employeur que Sholyïn est là, et qu'elle t'offre une pause... En échange, elle veut trois bières à sa table. Et ramène les bières, je t'invite à boire."


Elle se retourna, fit asseoir Piume sans lui demander, et se retourna pour rajouter :


"Oh, et ramène une assiette de blés. On nettoiera ça après. Et s'il râle, dis-lui que j'ai une bonne barrique avec moi et que je pourrai lui faire un prix."


Directive, vous dites ? mais noooon, Sho', c'est la soumise même. Et puis, elle avait un tel sourire que...
Revenir en haut
Piume
Errant
Le Curieux Volatile
Errant <br/> <font color=#ffffff>Le Curieux Volatile</font>

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2011
Messages: 4
Masculin
Peuple: Volant

MessagePosté le: Dim 24 Avr - 14:06 (2011)    Sujet du message: Qui fait mieux ? Répondre en citant

Piume se fit tirer les oreilles par un gosse. Pour un adulte à peu près normalement constitué, cela aurait pu paraitre du grand n'importe-quoi... Ce même adulte à peu près normalement constitué se serait offusqué, vexé, rebellé, profitant du statut d'enfant de l'adversaire ! Mais voilà, Piume n'était pas normalement constitué. Piume, lui, il baissa les yeux, tout penaud, devant les remontrances du gosse. Honteux, il rougissait à vue d'oeil, et se laissa faire lorsque les propriétaires de la table sur laquelle il s'était étalé le poussèrent en-dehors, en rouspétant. Mais cela alla un peu mieux lorsqu'il vit quelqu'un l'aider, l'épousseter et... Et... Mais c'était Sholyïn ! Il la connaissait ! Elle était gentille, elle lui avait offert un oiseau. Puis, elle avait dû lui payer un coup à boire, aussi... Piume avait un bon souvenir d'elle, c'était quelqu'un de plutôt agréable. Et puis, elle le tolérait, le défendait.. C'était quelqu'un de chouette, quoi !
Elle avait un autre avantage: c'était une fille (là, les nanas commencent à m'apprécier). Donc elle parlait pour deux ! (là les nanas commencent à me lyncher). Mais pour un bonhomme aussi silencieux que Piume, avoir quelqu'un pour parler à sa place n'était pas désagréable. Il admirait Sholyïn pour son courage et son aisance en société, alors que lui préférait s'effacer. En même temps, il avait déjà tenté d'être sociable, mais avait trouvé ça pénible, donc ne le plaignons pas trop. Bref ! Il n'osa relever le nez que pour sourire à celle qui le sauvait du ridicule absolu et l'empêchait de trop subir les moqueries. Avec elle, il était en sécurité, persuadé qu'il avait ce à quoi il aspirait: la paix ! La paix, bon sang, et qu'on le laisse tranquille ! Il n'avait pas fait exprès de glisser, lui !

Par contre, là, elle en demandait peut-être un peu beaucoup pour ce gosse... Au fond, ce dernier restait tout de même victime de la maladresse de Piume. Il voulait peut-être la paix, mon bonhomme, mais il restait tout de même conscient de son erreur. Enfin, on lui offrait un coup à boire, c'était déjà ça ! Piume doutait que le petiot puisse souvent se payer une chope. Ce qui lui faisait croire ça ? L'état dudit petiot. Fallait admettre... Il était pas très propre. Et il avait une odeur un peu bizarre. Enfin, mon personnage, lui, devait sentir l'oiseau, ce n'était pas vraiment mieux. D'ailleurs, peut-être qu'il pourrait proposer ses services au gosse pour se faire pardonner ? Mais, euh... Quels services ? Qu'est-ce qui pourrait intéresser un petit nettoyer de bière ? Etrangement, Piume savait qu'il ne serait pas intéressé par l'envoi d'un courrier. Quoi que... Peut-être à sa famille ? Sinon, il pouvait lui proposer d'apprendre à chevaucher les autruches... Ou de lui faire une omelette. Mais il n'était pas sûr d'avoir le nécessaire sur lui.

Sage comme une image, Piume s'assit aux côtés de Sholyïn. Ses mains griffaient un peu le tissu de son pantalon. Anxieux ? Pointdutout. Juste encore un peu gêné. Et puis, ce gosse,il parlait fort, ça suffisait à lui donner envie de se cacher dans un trou de souris... Ou de ne pas lui parler. C'est pour ça qu'en se penchant vers Sholyïn, il lui murmura:

"- Merci Sholyïn... Dis, tu pourras lui proposer mes services ? J'ai quand même un p'tit peu ruiné son travail..."

Il jeta un oeil à la flaque de bière où trempaient les grains de blé. Pas très ragoûtant. Et surtout, quel gaspillage ! Piume connaissait des oiseaux qui se seraient régalés. Mais pour les humains, ce blé-là n'était plus bon. Ils sont ridicules, les humains... Oui, si Piume avait été seul, il l'aurait mangé, ce blé. Mais il y avait du monde. Il ne pouvait pas. Dépité par ce triste spectacle issu de sa maladresse, il se re-tourna vers sa camarade...
Revenir en haut
Boudezan
Citadin
L'Asservi

Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2010
Messages: 44
Age (personnage): 13...
Peuple: Natif / Humain
Mentalité: Prudent
Faction: Les Ombres

MessagePosté le: Lun 25 Avr - 22:04 (2011)    Sujet du message: Qui fait mieux ? Répondre en citant

Son caractère mal léché du moment, faisait de Boudezan, un gosse encore plus insupportable que les poches à vin qui peuplaient la taverne. Il grognait in petto à la vue du travail qui l’attendait. Au fond ce n’était pas forcément cette flaque jonchée de blés qui le tracassait le plus. Il voyait surtout la durée de son séjour au sein du bar s’allonger à chaque fois qu’une étourderie de ce genre se perpétrait. Au début, Bou’ ne devait faire qu’une journée entière de nettoyage pour racheter les trois friandises volées ; maintenant c’était l’affaire d’une nuit de plus. Le grand blondinet était tombé sur lui au mauvais moment comme un enfant tombe sur des orties. La faute à pas de chance.

Tandis qu’il ramassa la brosse en marmonnant quelques mots inaudibles, une main s’abattit sur son épaule. Ce qui le fit sursauter de plus belle devant le propriétaire de la main téméraire. C’était une bachelette rayonnante par son sourire qui détonait sur cette impressionnante chevelure noire. Boudezan observa son accoutrement, puis ses traits et reconnus « la fille aux chèvres » qu’il voyait arpenter de temps en temps les rues de la cité escortée par un troupeau de caprins qui tiraient une vraie boutique d'antiquaire roulant. Bou’ n’avait encore jamais vu « la fille aux chèvres » de près et il sût dés à présent comment la donzelle entretenait ses affaires avec les commerçants : son assiduité maniée avec habilité, sans compter cette aura qu’elle émanait capable d’adoucir le plus féroce des lions affamés. Ce qu’elle aurait pût faire avec des lions marcha bien évidemment avec Boudezan. Celui-ci calma ses ardeurs et parla d’une voix ironique :


« Mmmh...J’imagine que ton kit nettoyage n’est pas donné ?... Merci mais alors tu n’peux pas m’aider…à moins que tu veuille mettre la main à la pâte… »



Loin l’idée de vouloir la contrarier, Bou’ voulait lui faire comprendre que de l’impliquer dans cette accident lui attirerai des ennuis. Même si Sholyïn prétendait connaître le tavernier, le gosse se montra prudent car qui sait : ne serait-ce pas une tactique pour mieux se débarrasser de lui ? De plus au vu du regard familier qu’accordait Piume à Sholyïn, les deux semblaient se connaître.
*Peste soit des clientes* Se dit-il dans son fort intérieur. Il était coincé entre une conscience le mettant en garde face à la manipulatrice et une autre qui, au contraire, lui suggérait de faire confiance à la générosité de la damoiselle. Que faire donc ? La donzelle pouvait être une manipulatrice, elle était avant tout une cliente, qui plus est, une cliente qui prône le troc.


« Je ne m’occupe pas du service, seulement du nettoyage. Mais je vais demander à ma collègue… »


Dit-il en désignant une femme bien en chair, riant à gorge déployée près d’une table bondée.
Il laissa choir la brosse près de la flaque de bière puis partit soupirant, en direction d’abords de la serveuse qui se retourna en direction de la cliente puis ria de plus belle en acquiesçant. Ensuite il se déplaça en direction de l’arrière boutique pour quérir le tavernier afin de lui demander une pause. Une minute plus tard, le jeune ramoneur revient avec des torchons pour limiter d’autres accident comme celui que venait d’endurer le blondinet. Il les dispersa puis s’assit en face des deux compagnons fixant Piume. Bou’ voulut lui dire quelque chose quand :



"Et voila les chopes ! C’est pour qui le plat ? Attention c’est chaud ! AHAhahah !!"
(Précisons que c’était une loustic)


Puis tout en jetant un œil sur Sholyïn elle ajouta en partant :

"Quel tombeur ce Boudezan ArhArhAhaha.. !!! "



On ne pouvait distinguer le rouge de ses joues tellement elles étaient crasseuses, mais le gosse était affreusement gêné. Si ses joues ne le trahissaient pas, son comportement, oui: il baissa les yeux et observa ses chaussures avant de dire enfin :


« j’ai cinq minutes…m..merci pour la boisson… »


Voilà qui était dit, maintenant il pouvait essayer de boire la chope et souffler un peu. C’était aussi l’occasion pour lui de faire connaissance avec la tablée, même si, les premiers abords n’eurent pas été convainquant, le gosse était curieux d’en savoir plus. Et puis c’était la première fois que Boudezan goûtait une bière, fallait fêter ça !
_________________
Sweet Chimney Sweep
Revenir en haut
Sholyïn
Errante
L'Illuminée
Errante <br/> <font color=#ffffff>L'Illuminée</font>

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mar 2011
Messages: 4
Peuple: Humain / Natif

MessagePosté le: Mar 3 Mai - 06:54 (2011)    Sujet du message: Qui fait mieux ? Répondre en citant

[ Foutu Xooit qui s'obstine à bugger >_> ]


Sholyïn se sentait à son aise, dans une taverne... Ce n'était pas fréquent qu'une femme soit ravie d'être entourée d'ivrogne, et en général, les femmes en question n'étaient pas franchement fréquentables... Mais elle-même ne l'était pas, en réalité, aussi appréciait-elle l'odeur âcre de l'endroit, la chaleur de l'alcool dans sa gorge et dans son corps, et le bruit, omniprésent, sans en ressentir la moindre de gêne. Qui donc se permettrait de juger une femme qui, toujours vêtue de couleurs vives, se promenait avec une troupe de chèvre, buvait avidement et se tapait des hommes régulièrement, sans l'exposer mais sans chercher à le cacher non plus ? Personne. C'était Sholyïn, et toutes les merveilles qu'elle transportait excusaient ses écarts...


Ah oui, vraiment, le métier de marchande était le meilleur qui soit ! Un sourire satisfait étira les lèvres de la dame, tandis qu'elle regardait le monde se mouvoir selon ses ordres. Cela ne marchait pas toujours, évidemment. Elle n'était qu'une modeste marchande. Mais en général, les errants répondaient à ses désirs, et elle n'allait pas s'en plaindre ! C'est donc en pleine auto-complaisance qu'elle observa le gamin courir vers une serveuse, vers son patron, tout ce petit peuple s'agiter pour que, finalement, il y ait le repos. Piume était à sa droite, Boudezan à sa gauche. Amen.


Le repos fut de courte durée. Nageant dans un flot de torchons humides – quelle idée de passer en plein dedans ! - une serveuse souriante et visiblement pleine de verve s'approcha d'eux, roulant des fesses comme une prostituée. Elle était plutôt ronde, mais jolie, et tout un chacun ici l'avait sans doute matée au moins une fois. Autant de raisons que de le faire aussi, Sho' ne se gêna pas, bien qu'elle n'ait aucun goût pour le sexe fort et pluritâche (comprendre : la feeeeemme !). Mais voilà qu'elle posait le plat devant Piume – adorable, ce gosse qui était censé être adulte – et posait les chopes devant les trois compères, non sans lâcher une blague grasse sans grand intérêt. Le symbole même du peuple idiot et inférieur. Et pourtant, Sholyïn aimait bien ça, et c'est dans un clin d'oeil qu'elle répondit, après avoir ébouriffé la chevelure crasseuse de son petit protégé du moment :


« Oh, mais je ne saurais résister à un homme en colère ! »


Sourire entendu, quelques rigolades, échanges de blagues toujours moins élégantes et voilà qu'elle se faisait rappeler à l'ordre par son patron. Bon débarras. Elle n'aimait pas autant la compagnie des femmes que celle des hommes... Enfin, sauf quand elle vendait. Parce qu'il fallait l'avouer, les femmes avaient bien plus tendance à acheter pour acheter, plutôt que par utilité. Eh eh eh. 


« Eh bien, mes amis, il est temps de trinquer ! »


Elle leva sa chope, sourit encore, illuminant les alentours comme un phare dans la nuit – et hop, le jeune homme de tout à l'heure revenait la mater, chose qui lui confirmait qu'il ferait un parfait repas pour la nuit – et la heurta avec bonne humeur contre celle des deux petiots qui se tenaient autour d'elle. Elle était en bonne compagnie, elle s'amuserait jusqu'à ce que vente s'ensuive. 


« A un plat de blé gaspillé et à tout cet argent perdu que je ne gagnerai pas ! »


Comment ça vénale ?! Pas du tout, c'était quelqu'un de bien !


« A la bonne soirée qu'on va passer ensemble ! »


Oui, bon, ça suffisait peut-être pour les toasts là ?


«Aux cinq minutes qui vont s'allonger, parce que le tavernier peut rien me refuser ! »


Et elle n'avait pas encore bu...


« Et... A la vôtre ! »


Pas trop tôt... 


D'un coup, elle amena la chope à ses lèvres, et apprécia la douceur âcre de la bière. Il y avait quelque chose qu'elle n'avait jamais compris : pourquoi donc quand on buvait une chope de bière, on en pissait trois ?! et... N'y avait-il pas un business à monter là-dessus ? En filtrant l'eau avec des herbes et des trucs bidules, on pouvait bien en tirer de l'eau ou, mieux, de la bière, et... Bon, c'était peut-être tordu par les cheveux. Mais toute source de profit était bonne à prendre. 


« Alors dis-moi Boudezan, qu'est-ce que tu fais ici, et comment Piume peut-il faire pour t'aider et s'excuser ? »


Mauvaise idée que de lui demander de proposer ses services... Piume la connaissait un peu, il aurait du savoir qu'elle traduirait ça à sa façon... Ah, ce petit était décidément bien tête en l'air !
Revenir en haut
Piume
Errant
Le Curieux Volatile
Errant <br/> <font color=#ffffff>Le Curieux Volatile</font>

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2011
Messages: 4
Masculin
Peuple: Volant

MessagePosté le: Ven 6 Mai - 21:58 (2011)    Sujet du message: Qui fait mieux ? Répondre en citant

Piume baissait le nez. Comme très souvent, dans ce genre de situations, un rien pouvait le passionner tant qu'il ne s'agissait pas de regarder son interlocuteur dans les yeux pour constater que lui aussi le regardait. Les deux autres ne devaient pas connaitre ce problème, celui de se sentir trop loin d'eux pour pouvoir agir avec le même naturel. Être loin, étrangement loin, ne pas se reconnaitre parmi ses semblables. Savoir comment on devrait agir, et trouver son corps incapable de mettre cela en oeuvre. Pas l'habitude, pas la volonté, peut-être. Piume, il se sentait étrangement distance. Il y avait un voile entre eux et lui, et ses muscles, engourdis par la fatigue de sa journée et de ses émotions, semblaient incapable de l'aider à se montrer bien sociable.

Si c'était du manque de volonté ? Un peu. Pour être franc avec vous, Piume aurait préféré manger son blé tout seul et ne pas se faire remarquer. Il ne se sentait pas à sa place et, il faut l'avouer, craignait un peu le regard des autres. Les rires provoqués par sa chute et les grognements de ceux qui en avaient subi les conséquences ne l'aidaient pas à dé-culpabiliser, à ne pas se sentir gêné. La seule présence de ce gamin, Boudezan, lui rappelait sa bêtise et le couvrait de honte. Il se sentait comme une souris dans un corps trop grand, pas assez discret, trop dur à maitriser. Alors il s'était posé, coudes sur la table, le regard un peu vague posé sur sa chope. Quand on demanda pour qui était le plat de blé, il leva timidement la papatte, en murmurant un petit "cépoumoi", impressionné par la collègue de Boudezan... C'était sa mère, non ? Elle était pour le moins imposante. A côté d'elle, Piume avait l'impression d'avoir le même âge et la même taille que Boudezan. Dès que la dame fut un peu plus loin, il posa à nouveau son regard sur Sholyïn. Si elle n'avait pas été là, il aurait sans doute détalé...

"- Àlavot' !"


Piume porta la chope à ses lèvres et apprécia l'âcreté douce de la bière, en priant pour que ce soit Sholyïn qui paye. Bah, elle le savait fauché, de toutes façons. Et... Elle proposa ses services, comme ça, avec tant de finesse, de subtilité et de développement que Piume aurait presque pu se débrouiller lui-même. Intérieurement, il grogna. Mais ce fut tout. Pas question de râler à voix haute après sa seule amie dans ce monde d'humains ! Bon, allons-y, développons donc, puisqu'apparemment il faut tout faire soi-même...

"- Hum, je suis maître d'oiseaux. Je peux t'enseigner des trucs, transmettre des courriers, éventuellement, ou te faire profiter d'une balade à dos d'autruche..."


Il avait aligné plus de dix mots. Ca lui avait coûté de se cacher derrière sa chope. Oh, ne lui en voulez pas, mon malheureux volatile craignait juste que le petiot se mette en colère, ou se moque à nouveau de lui. On dira ce qu'on voudra, mais la taille ne faisait pas tout, surtout aux yeux de Piume où le volume sonore était aussi important. Enfin, c'était surtout qu'il faisait tout pour ne vexer personne et se rattraper. Cela l'embêterait quand même de s'enfoncer dans les ennuis quand il cherchait à s'en sortir...
Revenir en haut
Boudezan
Citadin
L'Asservi

Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2010
Messages: 44
Age (personnage): 13...
Peuple: Natif / Humain
Mentalité: Prudent
Faction: Les Ombres

MessagePosté le: Dim 22 Mai - 16:04 (2011)    Sujet du message: Qui fait mieux ? Répondre en citant

[HJ: Vous avez le droit de me jeter des cailloux, veillez m'excuser pour ce retard -_-]


Il était clair que si certaines se sentaient comme des chamelles dans une oasis, Boudezan, lui, n’avait de cesse de regarder partout autour de lui, la peur au ventre de voir s’accumuler son travail à chaque haussement de voix des sacs à vin environnant.  Une main vint s’abattre une nouvelle fois sur la tête du gosse, le sortant de son inspection. C’était cette même main hardie qui lui avait empoigné l’épaule quelques instants plus tôt avec la même efficacité que la première fois. Décidément, Boudezan n’avait pas l’habitude de telles familiarités. A l’habituelle, il aurait manifesté son mécontentement par un grognement truffé d’insultes ou une esquive calculé, mais dans le cas présent, le garçon fût pris de court deux fois de suite… Gare à la troisième !


« Oh, mais je ne saurais résister à un homme en colère ! »


Sholÿn était drôlement confiante pour aventurer ses mains sur le crâne de Boudezan qui, précisons-le n’eût pas la chance de connaître un pommeau de douche depuis sa naissance. Sans parler de la quantité de puces et d’autres vermines fourmillant sur le cuir chevelue du ramoneur. Nan vraiment, la donzelle avait vraiment envie de se salir un peu plus les doigts. Le gosse écrasa sa tête comme l’aurait fait un chat s’aplatissant sous la paume d’une main répulsive. Bougon, il jeta un regard bondé d’éclair à la donzelle un peu sûre d’elle. Il fallait relativiser, la dit-donzelle ne lui avait pas traité de défoliant humain, même au contraire, elle le mentionna en tant qu’ « homme ».
Après cette petite séance des plus inconfortables, Bou’ eût la nouvelle épreuve de tenir au dessus de lui sa chope pleine à ras bord comme il est d’usage, jusqu’à la fin du toast interminable porté par Sholÿn.



« Et... A la vôtre ! »



"- Àlavot' !"



Le garçon observa tour à tour ses compagnons de tablée lever leur verre avec enthousiasme. Il fit de même, ne manquant pas de renverser de la mousse sur lui :



"Qu’la joie nous emporte..."



Si tôt dit, il avala une gorgée de bière maladroitement afin de contrer le débit qui menaçait son pantalon une nouvelle fois. Au goût, Boudezan était loin d’apprécier l’âcreté de la boisson tout comme la bachelette et le damelot. Il constata plutôt le pouvoir de l’alcool lui envahir son gosier à l’image d’un feu de forêt. Bou’ plissa les yeux comme pour contenir les retours de flamme. La gorge serré, il reposa sa chope au bord de la table sans se douter que la mousse de la bière avait formé une moustache blanche sur ses lèvres. Constatant avec effroi qu’il n’en avait bu qu’un tout petit centimètre, le gosse se dit à ce moment là, qu’il aurait mieux fait de se faire passer pour un bébé et de prendre une orangeade.
Avalant sa salive faute d’eau, le gamin répondit à la question de Sholÿn :



" C’que ch’fais ici ? Des sacs en macramé et de la porcelaine de Segomil, tiens !...Naaaan chuis d’corvée pour l’gros lourdaud là-bas, à nettoyer la saleté des autres… "



Il jeta un bref coup d’œil à Piume et au alentour, puis termina :



" Mais en vrai, chuis ramoneur… "



Il n’y eu aucune fierté dans le ton de sa voix, mais plutôt de la lassitude. Cette même lassitude se retranscrivait sur son visage lorsque le gosse écouta le maître oiseau. Boudezan n’osa pas lui demander la technique suprême de l’apprivoisement du pigeon. Au risque de casser l’ambiance, il ne voulait pas avouer que ce genre de volatile était un plat fréquent chez lui. Il fallait donc bannir cette idée de peur de voir disparaître définitivement la tête de Piume sous la table. Transmettre des courriers aurait était une bonne alternative s’il savait écrire…Et puis…la balade en dos d’autruche n’éveillait aucunement en lui une joie débordante. Boudezan était certes un gosse mais pas de six ans non plus…
Après réflexion Bou’ se contentât de répondre :



" T’sais, je n’ai besoin que d’un coup de main dans l’immédiat, après ça m’chanterai d’voir le « savoir faire » un maître pia…enfin oiseau. "



Le ramoneur sourit pour rassurer la tête blonde et pour éviter de s’adresser à une chope de bière aussi. Il finit par demander à ses deux compagnons :



" Et vous ? Qu’est ce qu’est ce qu’une marchande et un maître pia…oiseau viennent faire dans ce trou?  Z’êtes en affaire ?"



En attendant, le gosse prit délicatement sa chope à la manière d’un jeune enfant qui tien un verre trop grand pour lui, puis bu une gorgée en fronçant les sourcils. Et oui, la découverte de l’alcool était comme la découverte d’un pays. Comme le disait si bien sa collègue: bière qui roule n’amasse pas mousse.

_________________
Sweet Chimney Sweep
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:27 (2018)    Sujet du message: Qui fait mieux ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Imbroglio Index du Forum -> [En Jeu] Par delà les remparts -> L'Oasis -> Namiri Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com